Dominique Mottas, entrepreneur avant-gardiste et passioné de voitures décide à la fin des années 1980 d'investir dans le domaine technologique et biotechnologique lié à l'automobile. Parmi ses divers projets, il se fait construire un modèle de voiture et de moto inédits. Il juge le résultat très intéressant au niveau du design mais pas assez innovant sur le plan technique.
Le constructeur retourne donc à sa planche à dessin, et cherchant à satisfaire aux exigences de son client, il lui vient une idée hors du commun : réinventer la roue. Il dote donc ce véhicule de 4 roues vides et la présente à son client.
Dominique Mottas, emballé, voyant là une invention révolutionnaire, décide de la breveter, donnant ainsi naissance à la roue sans moyeu, ou roue orbitale.
Il aura fallu 10 ans, entre la première homologation de brevet obtenue le 15 janvier 1990 en France et celle du brevet japonais, pour parachever cette œuvre dans le monde entier.
La roue sans moyeu est dès lors prête à être proposée au grand public et exploitée à travers le monde.

   

Dominique Mottas
 
       


Idée : Réduction au strict minimum de la partie tournante.

Principe : Un roulement à section mince et de grand diamètre (environ 300 mm).
La partie tournante : un pneu, une jante sans voile et un anneau de freinage le tout solidaire de la bague extérieure, tournante, du roulement.
La partie fixe : La bague intérieure, non tournante, du roulement sur laquelle viennent s'ancrer directement les organes de liaison au véhicule.

Résultat : Une roue vide, débarrassée de toutes les complications structurelles passant par son centre et qui présente une série d’avantages et d’ouvertures technologiques.




   
 
 
A propos du site | Confidentialité et Responsabilités

copyright GLOBEHOLDING